Mini-tortilla chorizo et virée bouffe à Montréal

Sept ans que l’on vit à Québec et s’il y a une chose qui me manque, c’est bien la variété d’aliments disponibles. Au fil des années, la situation s’améliore, mais pour trouver un semblant de choix rien de tel qu’une petite virée bouffe à Montréal.

Contrairement à Québec, Montréal est une ville d’immigration. Quand on quitte son pays, on laisse derrière sa famille, ses amis et ses repères. Quand on s’installe à l’étranger, le premier moyen de combler le vide laissé par l’immigration est de manger des produits qui vous rappellent vos origines.

C’est mon pote Yohann qui le premier m’a fait découvrir les endroits où vous pouvez trouver des petits trésors aussi délicieux que d’origines variées. Chaque voyage à Montréal avec Yo était donc l’occasion de faire la tournée des grands ducs façon gourmands en vadrouilles. Boudin Bosniaque, fromage de brebis, gâteau aux oeufs et chorizo portugais sans oublier le quartier chinois et ses pâtisseries aux sésames.

Mes visites montréalaises finissent toujours dans le même magasin : le marché Adonis. Ici vous êtes au Liban, le service est généralement assez bof, par contre la bouffe est divine. Les Kebbés et Merguez me laissent à chaque fois sur le cul. Le jour où un marché Adonis ouvre à Québec, je déclarerais ce jour comme jour férié pour la tribu des Gimeno.

Lundi soir après une virée à Montréal, nous sommes arrivés tard et même fatigués je ne pouvais pas résister, il me fallait faire péter un de ces petits chorizos. Il me restait un 200g de pommes de terre déjà cuites et un demi-oignon. J’ai tranché un demi-chorizo en cubes, j’ai déposé tout ce petit monde dans une poêle bien chaude et huilée. Après 4-5 minutes de cuisson, j’ai récupéré le mix verser 3 cuillères à soupe de farine dedans et fini par battre le mélange avec 3 oeufs. Dans une poêle bien huilée, j’ai fait cuire les mini-tortillas avec mon chorizo sur feu doux.
On a dégusté ces tendres galettes en famille sans oublier une petite pensée pour notre ami Yo.